Axelle-Art.2 – Redonner de la valeur à sa vie professionnelle

Souvent, quand le travail devient synonyme de perte de sens, d’aucuns plongent dans un état de souffrance telle, qu’il leur est difficile de remonter la pente. Une situation complexe à gérer pour la personne elle-même qui ne sait comment sortir de cette impasse. C’est le cas d’Axelle, en proie au doute et à la dépression suite à un changement de direction dans son entreprise. Prenant conscience de l’impact généré sur sa santé physique et morale, elle décide de se faire aider par un coach.

Un diagnostic sans appel

Axelle, cadre responsable de la Formation interne dans un grand groupe bancaire, se voit totalement dépossédée de la valeur de son travail. Après plusieurs tentatives pour redonner du sens à son rôle et à ses missions, elle arrive à un point de non retour. Toutes ses demandes de formation sont rejetées. Le poste qu’on lui a promis est attribué à une personne récemment embauchée dans le service.

Une foule de questions la taraude. « Démissionner comme la plupart de mes collègues, j’y ai bien pensé, mais pour aller où ? Dans une autre entreprise où il faudra du temps pour m’intégrer et me faire accepter avant de pouvoir négocier la moindre promotion ? Et puis, pour occuper quel poste : exactement le même, dans un service de formation, ou prétendre à un poste plus proche de mes nouvelles aspirations ? » Axelle a développé des compétences dans le domaine de la formation et des ressources humaines. Elle souhaiterait donc, autant que faire se peut, capitaliser sur les connaissances qu’elle a acquises jusqu’ici et faire valoir son savoir-faire.

Elle est dans une impasse qu’elle voit sans issue, se sent diminuée, au sens propre comme au sens figuré. Elle se décide alors à prendre rendez-vous avec son médecin traitant, dans l’idée de régler ses petits soucis de digestion de plus en plus récurrents et trouver une solution allopathique à ses insomnies. Le diagnostic tombe comme un couperet : souffrance morale liée au travail. Elle est arrêtée illico presto pour une durée d’un mois, avec la recommandation de consulter rapidement un psychologue pour parler de son mal-être et l’aider à sortir la tête de l’eau.

La prise de conscience, une étape nécessaire

« Les toutes premières séances avec la psychologue, raconte Axelle, ont été difficiles pour exprimer mes sentiments. Je ne comprenais pas pourquoi j’en étais à ce point de détestation de mon métier, du monde du travail. Pourquoi cela m’arrivait-il, à moi ? Qu’est-ce que j’avais loupé ? Qu’est-ce que j’avais fait ou n’avais pas fait pour mériter un tel traitement ? J’étais en colère contre moi-même, contre tout le monde, rongée par la culpabilité. J’avais envie de tout quitté, partir loin, très loin. Tout m’agaçait et rien ne pouvait me sentir moins idiote ou inutile. Dès que je croisais des gens dans la rue, je me surprenais à envier leur vie… Oui, la vie d’inconnus ! Etais-je devenue folle ? Mais au fur et mesure des séances, j’ai pu revivre les différentes étapes de mon stress que j’avais largement sous-estimées et leurs conséquences sur ma santé morale et sur ma vie quotidienne. J’ai frémi d’ailleurs en me rendant compte que je m’étais lentement installée dans une position de victime, que je m’étais isolée de mon entourage sous prétexte qu’il ne pouvait comprendre ma situation. Combien de fois me suis-je sentie extrêmement seule ?… Totalement incapable de prendre de la distance avec les événements ! Un véritable cercle vicieux dont on ne peut sortir seul.»

Bien souvent, les personnes faisant la triste expérience de l’épuisement professionnel, vivent la honte et l’auto-accusation. Le processus est assez pervers, car elles mettent en place des mécanismes de défense qui visent à mieux supporter leur malaise, mais qui finalement leur ôtent toute capacité à prendre du recul, habituées à réagir de façon instinctive. Lorsqu’elles font l’objet d’une situation humiliante, ces personnes témoignent souvent d’une sorte de dématérialisation de leur corps pour mieux encaisser le choc émotionnel. Un symptôme très classique de la perte de confiance et d’intégrité chez ces personnes.

« Evidemment très concernée par le sujet de la souffrance au travail, je me suis mise à lire un tas d’articles sur Internet qui traitent du sujet. Personnellement, cela m’a beaucoup aidée car je me suis aperçue que je n’étais pas la seule à vivre ce cauchemar. » Sur la toile, quantité de témoignages décrivent l’expérience de personnes qui ont dû quitter leur travail pour « sauver leur peau ». « Ces témoignages, poursuit Axelle, m’ont permis de reconnaître les différentes situations à risques et les symptômes du burn-out, d’en accepter les causes, très bien, mais à ce stade, j’avais besoin qu’on me persuade que rebondir après un tel échec était possible. Les séances de psy proposent de se reconstruire mais comment retrouver l’envie et le plaisir d’exercer un métier après tout ça ? »

Un nouveau souffle

Dans cette idée, Axelle découvre les textes du blog proposés par Nouveau souffle. Il propose différentes approches qui s’inspirent de méthodes de développement personnel et de coaching déjà éprouvées. « Le but est d’amener à nous faire prendre conscience de ce qui nous fait vibrer et à redonner du sens à notre vie pour s’épanouir dans une activité professionnelle, explique Axelle, c’est exactement ce dont j’avais besoin ! »

L’une de ces approches, l’Ikigai, est d’origine japonaise, et repose à la fois sur la joie de vivre et sur la raison d’être. « Cette méthode permet de faire le point sur les passions qui nous animent, les compétences et les qualités que nous possédons, ainsi que sur notre histoire et les expériences qui nous ont transformées. » précise Axelle.

En fait, l’Ikigai est un outil simple et ludique qui aide à faire ressortir tous les éléments qui suscitent en nous du bonheur et de découvrir des pistes de métiers dans lesquelles nous pourrions ressentir cette même joie. Un exercice très enrichissant, qui a le mérite de faire connaissance avec soi et de nous ramener au cœur de nous-mêmes.

Pour retrouver la sérénité de l’âme et remettre de la valeur dans notre existence, Nouveau souffle s’inspire également de la médecine chinoise qui prend en compte les trois niveaux de l’être humain : le corps, l’énergie et l’esprit. Notre bonne santé dépend de l’équilibre entre ces différents niveaux car ils sont en interdépendance les uns par rapport aux autres. L’harmonie entre les fonctions mentales, énergiques et vitales de notre organisme doit toujours être recherchée pour trouver le bon alignement.

Séduite par la promesse d’un mieux vivre en retrouvant un sens à sa vie professionnelle Axelle fait le choix de se faire accompagner par le coach de Nouveau Souffle.
  • […] Axelle-Art.2 – Redonner de la valeur à sa vie professionnelle […]

  • >